Hypnose Paris 15 > Spécialités > Troubles alimentaires

Les troubles du comportement alimentaire

La boulimie et l'anorexie sont actuellement considérées par la psychiatrie comme les formes très proches d'une même addiction*, c'est à dire une pathologie de la dépendance (ici à la nourriture) (source Thierry Vincent - L'anorexie) 

*L'addiction prend ses racines latines dans les termes addictio : adjudication du juge, condamnation et addicere qui signifie "esclave pour dette" 

La notion d'addiction renvoie aussi, notamment dans le cas de la boulimie, à l'impériosité de l'acte qualifié d'impulsion  

Ma force en tant que thérapeute est la grande empathie et le regard bienveillant que je porte sur ces troubles en connaissance de cause. 

Etant donné l'enjeu vital de ces pathologies, je vous accompagne en parallèle ou en partenariat d'un suivi médical 

L'anorexie :

Les critères actuels du DSM-IV pour porter un diagnostic d'anorexie mentale sont les suivants : 

  • amaigrissement : refus de maintenir le poids corporel au-dessus de la normale minimale (moins de 85 % pour l’âge et la taille) ;
  • peur intense de prendre du poids ou de devenir gros, malgré une insuffisance pondérale
  • altération de la perception du poids ou de la forme de son propre corps (dysmorphophobie) ;
  • influence excessive du poids ou de la forme corporelle sur l’estime de soi, ou déni de la gravité de la maigreur actuelle ;
  • aménorrhée (arrêt des règles) pendant au moins trois cycles consécutifs chez les femmes menstruées (aménorrhée secondaire)

L'anxiété et le besoin de maigrir sont également responsables d'une hyperactivité physique.

On distingue deux types d'anorexie mentale : 

  1. type restrictif : pendant l'épisode actuel d'anorexie mentale, le sujet restreint intensément son alimentation et n'a pas, de manière régulière, présenté de crises de boulimie ni recouru aux vomissements provoqués ou à la prise de purgatifs (c’est-à-dire laxatifs, diurétiques, lavements) 
  2. type avec crises de boulimie/vomissements ou prise de purgatifs : pendant l'épisode actuel d'anorexie mentale, le sujet restreint intensément son alimentation et a, de manière régulière, présenté des crises de boulimie et/ou recouru aux vomissements provoqués ou à la prise de purgatifs (laxatifs, diurétiques, lavements).
 
 
Je travaille notamment sur la question du schéma corporel et des croyances erronées (distorsions cognitives) qui y sont liées , en gardant à l'esprit que la dysmorphie (perception déformée du corps) est aussi une protection. L'amaigrissement est vécu comme un processus nécessaire, le poids n'est donc jamais assez bas pour la personne souffrant d'anorexie. Et la perception se déforme donc pour faire durer "artificiellement" ce schéma dysfonctionnel vécu à ce moment là comme une réalité tant l'enjeu est fort. 
 
Vidéo illustrant la dysmorphie

La boulimie

La boulimie entre dans le cadre des addictions, elle est parfois qualifiée de toxicomanie sans drogue.

Il s'agit de la survenue récurrente d'épisodes de compulsion alimentaire (crises), au cours desquels la personne mange une très grande quantité de nourriture de manière incontrôlée dans une période de temps limitée (généralement moins de 2h)

Des moyens sont ensuite mis en oeuvre pour éliminer l’excès de calories ingérées, qu'il s'agisse de vomissements, de prise de laxatifs ou de diurétiques, d’exercice physique ou de restrictions alimentaires de type anorexique. Certaines personnes peuvent combiner ces différents moyens. 

A noter : les vomissements ont parfois un caractère central : ce n'est pas la crise qui est visée, mais l'expression du rejet qui la suit. 

La honte, la culpabilité et le secret sont des corollaires de ces crises (si la compulsion calme le mal-être, il revient de façon aiguisée après la crise)

L’entourage de la personne concernée peut tarder à prendre conscience du phénomène. La personne souffrant de boulimie a toutefois souvent conscience du caractère pathologique de son comportement alimentaire mais a beaucoup de difficulté à en parler.

L'estime de soi est excessivement dépendante du poids et de la silhouette et c'est par cet abord que l'hypnose s'avère efficace : retrouver un sentiment de sécurité interne, une bonne estime de soi.

C'est un travail de longue haleine, les crises de boulimie générant à elles seules d'autres troubles et dès lors un cercle vicieux (ex: la boulimie qui engendre angoisses, phobies sociales etc) 

 

L'hyperphagie

Il s'agit comme la boulimie d'une prise alimentaire compulsive d'une très grande quantité d'aliments et non contrôlée par la faim,  

A la différence de la boulimie, l'hyperphagie est une prise d'aliments précis et choisis.

La honte et le dégoût suivent ces prises alimentaires et aggravent l'état dépressif, souvent à l'origine de la compulsion (à noter : ces prises alimentaires aussi être le signe d'un diabète de type 1)

Le trouble n'est pas associé à des comportements compensatoires inappropriés réguliers (purgatifs, jeûne ...) 

Le travail que je propose s'appuie à la fois sur le fait de retrouver une bonne estime de soi et de retrouver une énergie vitale plus "écologique" en comprenant (pas seulement intellectuellement mais aussi dans son corps) que ces crises sont avant tout des stratégies de survie pour lutter contre un état dépressif. 

Ainsi, l'hypnose permet d'explorer d'autres stratégies dans les ressources de l'inconscient plus justes pour retrouver le goût de vivre